Posts Tagged 'racines'

Haka de guérison avec Waimaania et Ojasvin

Quand la force d’une danse guerrière nous amène à la paix au centre de nous-mêmes… Quand l’harmonie optimale des polarités masculine et féminine, crée la paix pour notre Terre Mère…

Le Haka est pour tous, jeunes et vieux, hommes et femmes… Il nous conduit à percevoir notre force et nous mène ainsi à la guérison et à la confiance. C’est une danse qui transforme des vies…

Iris Waimaania et Ojasvin, transmettent leur passion avec amour et joie. C’est un réel bonheur de pouvoir travailler avec eux. Ils seront bientôt au Tessin et partagerons avec nous les trésors de la culture ancestrale Maori : voir ici

healing haka 2015 copie

Publicités

Nouveauté : Formation autour de la naissance

L’art de naître autour de l’Himalaya

En 2015: Formation autour de la naissance – Médecine Traditionnelle Tibétaine

En 2016: Formation autour de la naissance – Ayurveda

Pour une grossesse, une naissance et un accouchement en conscience selon l’Ayurveda – la science de longue vie en Inde et Sowa Rigpa – la voie de la guérison tibétaine.

Avec beaucoup de joie, nous vous invitons à approfondir le thème de la périnatalité avec les visions complémentaires de 2 traditions voisines.

Formation avec Ayung et Julie

La chaîne de l’Himalaya, abrite les montagnes par excellence, la force tranquille, la stabilité et c’est d’elles que surgisse l’eau, les grands fleuves et la vie. Elle abrite des sommets qui ont pour noms : Nanda Devi – la déesse de la joie ou Chomolungma – la mère de l’univers, mais aussi Shambala, pays mythique du bonheur paisible. Autour de ces montagnes, deux cultures sont gardiennes de belles traditions de la naissance inspiratrices de naissances en conscience.

C’est à deux voix, et en retour de miroir, qu’Ayung et Julie vous proposent d’approfondir cette connaissance et de vous relier à la sagesse profonde qui se découvre en chacun(e)s de nous et plonge ses racines à la source de tous nos ancêtres.

La Formation Maternité et Naissance en conscience, selon l’Ayurveda et Sowa Rigpa s’adresse aux sages-femmes, doulas et thérapeutes, mais peut être suivie aussi par les femmes enceintes et les couples. 

Dates de la formation : 14-17 mai 2015 (weekend de l’Ascension) et 27-30 octobre 2016 (attention aux nouvelles dates!)

Coût de la formation : CHF 1500.- pour l’ensemble (8 jours) de la formation (logement et repas non inclus)

Lieu: Centre Lungta, CH – 6647 Mergoscia, village de montagne du Tessin (suisse italienne)

inscriptions

Ayurvéda et Maternité (Garbhini Vyakaran) :

Selon l’Ayurveda, la grossesse est l’une des 6 étapes importantes de la vie d’une Femme. La conception et la naissance d’un bébé marquent le début d’une nouvelle histoire. Le corps de la femme enceinte devient un espace sacré, un espace d’infinies possibilités. Dans ce corps en métamorphose, une âme décide de s’incarner sur terre. Chaque trimestre de la grossesse est symbolisée par une étape d’évolution (physique, émotionnelle et spirituelle). L’Ayurvéda accompagne la femme enceinte, l’accouchement et l’après-naissance par différentes méthodes (massages à l’huile chaude ; alimentation ; visualisation ; yoga nidra ; respiration consciente ; yoga ; libération des mémoires et autres empreintes du passé ; nettoyage énergétique du placenta…). La maternité est une expérience de changements intérieurs extraordinaires qui dépassent neuf mois le ventre rond.

Sowa Rigpa et Maternité

La culture tibétaine propose un ensemble cohérent pour développer l’art du bon karma. Ou comment accueillir avec compassion et respect un être qui malgré sa grandeur s’incarne en un bébé fragile et totalement dépendant. Cela passe avant tout par la maman, mais aussi par le papa et la famille élargie. Toute l’expérience de l’incarnation est une expérience profondément spirituelle, porteuse d’enseignements et sources de grande force pour la Femme, invitée à se mettre à l’écoute. Lorsqu’elle connait sa danse, elle devient créatrice de vie et ouvre un monde de possibles, grâce au potentiel dévoilé. L’harmonie est un chemin simple qui vibre au diapason de la source. Reconnaître cela autour de la grossesse est porteur de santé, de bien-être et de joie, non seulement pour une femme, un enfant, ou une famille mais de façon très concrète pour l’ensemble de notre société.

Plus

 

Accroche ta vie à une étoile!

Terre du Ciel fête ses 25 ans

avec son 30ème Forum

Forum Terre du Ciel, 30e

un événement exceptionnel de 4 jours :

la grande fête des amis de Terre du Ciel

les 8, 9, 10 et 11 novembre 2014

au Centre des Congrès d’Aix-les-Bains (Savoie)

voir la brochure: ICI!

C’est avec beaucoup de joie que nous participerons à cet évènement. Nous admirons la grande ouverture des Forums et sommes émerveillés de ce programme transgénérationnel qui propose en parallèle un Forum des jeunes et un Forum des enfants. Cela permet à chacun de participer à sa mesure, tout en réunissant toutes ces belles énergies en seul élan!

Un film sur le Forum des enfants d’avril 2014 peut être visionné depuis le site http://www.terre-du-ciel.org  Voir le film (15mn)

« Les Forums Terre du Ciel s’enracinent dans les valeurs de spiritualité, écologie et solidarité, piliers d’une vision juste pour le XXIe siècle. Ils sont ouverts à toutes les cultures et toutes les traditions. Leur objet est la vie, leur style la simplicité, leur moyen d’expression le langage du cœur.

Dans un monde qui s’englue dans la consommation, qui sacrifie à une compétition omniprésente attentatoire à une fraternité naturelle, et qui s’aliène par l’ignorance de l’au-delà de l’esprit, les Forums Terre du Ciel se veulent espace de Vérité, d’Espoir et de Résistance. Ils sont catalyseurs d’énergie et outils de synergies pour un changement. »

 

 

 

Nouvel espace pour la Terre

Le 20 juin, nous avons inauguré un espace pour la Terre au coeur du Centre Lungta

Un espace né de la volonté d’exprimer concrètement gratitude et respect à la Terre, tout en célébrant l’incroyable abondance de la nature. Ce lieu, à l’image de ce qu’il représente, s’est créé tout naturellement. Deux grandes pierres forment les murs,  le houx et le lierre se rejoignent en une belle voûte végétale et nous y avons juste ajouté un mur très simple, construit en famille, avec les pierres qui restaient des travaux de rénovations.

Nous avons fêté la création de cet emplacement consacré à la Terre autour d’un buffet champêtre et fleuri. Un grand merci à chacun pour l’émerveillement du moment et en particulier à Maja pour les danses de la Terre.

 

En parlant de l’abondance de la Terre et de la gratitude, il nous fallait évidement partager la belle nouvelle des « incroyables comestibles » de Todmorden. C’est une merveilleuse initiative, contagieuse et porteuse de santé. Pour ceux qui ne connaissent pas encore: voir le film

« C’est au Royaume-Uni, en 2008, que la fabuleuse aventure « Incredible Edible » a commencé, dans l’ancienne cité industrielle en déclin, la ville de Todmorden, près de Manchester. Par le seul changement de regard, quittant la croyance erronée que tout est séparé et conflictuel dans la vie, conduisant à la précarité, au chaos social et à l’exclusion, les habitants se sont reconnectés les uns les autres avec la Terre nourricière. Ils ont fait la paix avec eux-mêmes et avec les autres. La sérénité retrouvée, ils ont pu faire l’expérience de l’abondance partagée avec les incroyables comestibles. Ils vous attendent dans leur nouvelle ville devenue rayonnante de joie de vivre. »  + d’info en anglais  + d’info en français

Le résultat 4 ans après?

Une ville de presque 15 000 habitants qui atteint joyeusement environ 80% de son autonomie alimentaire en 4 ans!

Il nous tient à coeur de souligner un des effets secondaires de cette démarche: il s’agit de la diminution de la violence dans la ville, ce qui semble logique, mais quel bonheur.

C’est incroyable ce que l’on peut être heureux lorsque l’on agit hors de la logique du profit pour se mettre au diapason de la fabuleuse générosité de la nature. Et cela nous semble porteur de tant d’espérance…

 

PS: Pour répondre aux nombreuses questions qui nous arrivent sur l’idée de la gratuité, voilà plus d’informations:

En découvrant les incroyables comestibles pour la première fois, plusieurs personnes ont posé la même question : mais si les fruits et légumes sont gratuits partout dans la ville de Todmorden, comment l’économie locale peut-elle s’en sortir ? Ou encore, que deviennent les maraîchers locaux ou les marchands de légumes ? Nous allons tenter de regarder de près cet aspect des choses essentiel, puisqu’il concerne l’argent et les revenus, ainsi que la richesse produite par ce nouveau mode de vie totalement transparent, éthique, solidaire et co-responsable. suite

Le forum d’une convergence des réseaux

Terre du Ciel26ème Forum de Terre du Ciel

Incarner l’Utopie  

7-8-9 avril (Pâques) 2012

au Centre de Congrès d’Aix-les-Bains

Un grand évènement à ne pas manquer ! Nous y participerons avec beaucoup de joie. Les forums sont des moments de vrai bonheur, par la qualité et la beauté des rencontres. Venez nous y rejoindre! Nous comptons sur vous et sur votre présence solidaire !

Cette année le forum prend un toute autre ampleur par la convergence des réseaux: Plus de 120 réseaux partenaires de ce Forum. Pour affirmer, tous ensemble, que par delà de la spécificité de nos domaines d’engagement, et par delà certaines divergences pouvant exister sur certains points, il existe une convergence de fond importante entre nous que nous devons exprimer et mettre en avant.

C’est magnifique de se retrouver pour stimuler ensemble la croissance de ce qui nous fait vivre. C’est merveilleux de découvrir l’ampleur des utopies incarnées !

sous la présidence de Pierre Rabhi:

« Le vingtième siècle finissant a été dominé par la connivence de la science et de la technique au service du “Progrès”. Certes, des prouesses considérables ont été réalisées dans divers domaines, mais qu’en est-il du destin des humains et de celui de la planète qui les héberge ?

Dans cette épopée matérialiste, la violence de l’homme contre l’humain n’a jamais atteint des seuils aussi désastreux, et la Création a subi des détériorations sans précédent. La technologie au service de la destruction nous donne,pour la première fois de notre histoire, le pouvoir de nous éradiquer totalement.

Ces constats rendent plus que jamais nécessaire et urgente une alternative globale. Mais nous sommes de ceux qui pensent que le XXI e siècle ne pourra ÊTRE sans tenir compte du caractère sacré de la réalité, et sans les comportements et les organisations qui témoignent de cette évidence, car les bons voeux, les incantations, les analyses et les constats cumulés ne suffiront pas. La première utopie est à incarner en nous-même. Les outils et les réalisations matérielles ne seront jamais un facteur de changement s’ils ne sont les oeuvres de consciences libérées de ce qui les maintient dans le champ primitif et limité de la peur et de la violence.

La crise de ce temps n’est pas due aux insuffisances matérielles. La logique, qui nous domine, nous gère et nous digère, est habile à faire diversion en accusant le manque de moyens. La crise est à débusquer en nous-même dans cette sorte de noyau intime qui détermine notre vision, notre relation aux autres et à la nature, les choix que nous faisons et les valeurs que nous servons.

Incarner l’utopie, c’est avant tout témoigner qu’un être différent est à construire. Un être de conscience et de compassion, un être qui, avec son intelligence, son imagination et ses mains rend hommage à la vie dont il est l’expression la plus élaborée, la plus responsable et la plus subtile.

 Pierre Rabhi (Président du Forum)

Téléchargez la brochure : ICI  avec toutes les informations et le programme,

N’attendez pas pour vous inscrire !

Inscription en dernière page de la brochure.

 

Dans le cadre du projet des éléments, engageons nous au Népal !

Orphelinat et école alternative au Népal

état actuel: environ 77 m. sponsorisés! (18.1.2012) il manque donc environ 43m…

« If you can dream it, you can do it ! »

Investir pour un meilleur futur au Népal. Eh oui ! C’est avec bonheur qu’en cette nouvelle année de la Terre pour le centre Lungta dans le cadre du projet des élément (voir projet des éléments), nous lançons un appel spécial pour sponsoriser des m2 de terrain au Népal. Détrompez vous, il ne s’agit pas pour nous de devenir investisseurs à l’étranger, mais bien de permettre par ce geste à un beau projet de se concrétiser.

Le nom de ce projet ANKURAN, signifie « le germe ou la semence qui germe ».

Et c’est avec une joie toute particulière que nous nous engageons à soutenir les efforts de Deborah Jakob pour concrétiser une nouvelle école au Népal. Deborah a été la maitresse d’une de nos filles durant de très nombreuses et heureuses années. Cela nous a permit de découvrir ses talents de maitresse et de musicienne, mais aussi de voir naître et grandir le projet ANKURAN dès ses premiers balbutiements. Nous avons aussi pu faire la connaissance de Krishna Gurung fondateur de la Kevin Rohan Memorial Eco Foundation, qui est pour nous un modèle vraiment très inspirant.

Investir dans ce projet signifie offrir un futur meilleur aux enfants orphelins de minorités ethniques défavorisées, mais aussi et surtout valoriser la culture et les traditions de ces minorités. Il s’agit d’un projet novateur, qui cherche à donner un enseignement basé sur des valeurs népalaises dans un pays où le système scolaire s’est calqué sur les connaissances occidentales sans grand souci de cohérence avec la réalité du pays. Au centre Lungta nous sommes bien conscients des avantages qu’il y a à fortifier les racines pour permettre une croissance saine et harmonieuse.

Le coût est de CHF 240 .- par mètre carré de terrain (premier étage de construction compris) pour une superficie de 120 m2 au total. Le défi est de réussir à trouver assez de sponsors dans un temps très court. Puisqu’il faut réussir à acheter avant le 24 janvier 2012.

Sont recherchés 45 sponsors pour un mètre carré et 15 grands sponsors pour 5 mètres carré.

Nous vous invitons à lire plus d’informations sur le site internet de la Kevin Rohan Memorial Eco Foundation.

Vos dons peuvent être effectués directement à la Kevin Rohan Memorial Eco Foundation au Népal, ou sur le compte de Deborah Jakob en Suisse en mentionnant le projet ANKURAN. (nous vous ferons parvenir les informations nécessaires à votre demande ainsi qu’un rapport de projet en anglais pour ceux qui le désirent)

Mais comme nous savons que ce sont les petites rivières qui font les grands fleuves et sommes confiants que nous réussirons à relever ce défi ensemble, nous vous proposons de verser des sommes plus petites et même très petites sur le compte de l’association des Amis du Lungta, en mentionnant le projet ANKURAN. Banque Raiffeisen Gordola e Valle Verzasca, 65-2072-1, Association des Amis du Lungta, Julie et Hervé Michel, 6647 Mergoscia, IBAN CH24 8028 0000 0009 1585 3

Il est aussi possible de verser de l’argent pour ANKURAN,  le 22 décembre sur le marché de Noël de Bellinzona ou ici au centre à l’occasion des portes ouvertes (le 23 décembre) ou à tout autre moment de rencontre.

Et nous vous souhaitons à tous de réaliser vos rêves selon la devise d’ANKURAN…

Alchimie verte

Un art de guérison

« Des médecins qui se contentent de répéter et donc de prendre pour vérité ce qui est écrit dans les livres ; ceux donc qui suivent aveuglément Avicenne ou Galien. C’est cela le labyrinthe : de puiser le savoir et le savoir-faire dans le « livre des hommes », alors que l’unique source du savoir et de l’art ne saurait être tiré que du « livre de la nature ».

Apprendre de la nature ? En effet, un écrit ne fournit pas de certitude ; répéter c’est tourner en rond. Savoir par contre, c’est être certain ; plus que cela c’est voir ! C’est laisser luire en soi la lumière que la nature allume en nous ; elle l’y allume, certes, mais seulement si nous sommes disposés à l’y laisser paraître. Cette disposition est essentielle. Elle suppose que l’homme ne la voile, ne l’obscurcisse – par l’immodestie de l’érudition, par exemple, ou par l’obstination d’un croire-savoir, ou par un défaut d’attention.

La nature te montre elle-même, dans les choses naturelles, comment tu dois t’y prendre pour que ton remède soit efficace.

Puisque l’alchimiste sait ainsi manifester ce que recèle la nature, sache que la force est différente dans les bourgeons, différentes dans les feuilles, différentes encore dans les fleurs, différentes enfin dans les fruits verts puis dans les fruits mûrs ; c’est proprement merveilleux de constater comme la première pousse de l’arbre diffère de la suivante, dans la forme aussi bien que dans la vertu. Par conséquent la connaissance qu’on voudra bien en acquérir doit suivre attentivement cette progression du premier bourgeon jusqu’aux fruits mûr – car c’est ainsi que procède la nature…. »                                                             Paracelse

Effectivement, suivre une recette ne suffit pas pour trouver un réel accord de travail avec les plantes. Le livre de Viviane le Moullec: «Nos amies les plantes» aux éditions du Dauphin, permet d’initier ce chemin de rapprochement vers la connaissance acquise dans le grand livre de la nature. Malheureusement, la première étape de ce processus reste ardue pour la plupart d’entre nous.

C’est suite à cette constatation qu’est née l’idée de proposer un parcours autour de cette étape*¹ intitulé : «L’entrée en relation avec les êtres plantes». Une étape qui peut être insurmontable pour les citadins que sont devenus grand nombre d’entre nous, même en pleine campagne ! Car au delà des connaissances insuffisantes sur les plantes, c’est en fait plutôt d’un manque d’initiation aux mystères de la nature dont nous souffrons. En effet, dans notre société, les végétaux sont généralement perçus, soit comme des matières premières dont ont peut tirer profit soit totalement ignorés, voir éliminés.

Il n’y a pas si longtemps encore, tout le monde avait des connaissances basiques sur les vertus des plantes, et nombreux étaient ceux qui entretenaient de vraies relations d’amitié avec certaines espèces. La plante était alors perçue plus comme un être vivant qu’un objet. Aujourd’hui, nous n’en savons que très peu de choses. C’est presque paradoxal de voir qu’en quittant le mode de vie et l’autarcie des générations qui nous précédent, nous avons perdu la conscience de l’interdépendance qui nous lie au végétal.

J’ai donc la chance d’avoir eu une grand-mère montagnarde, fière de son indépendance, pour me transmettre cette vision. Depuis toujours, elle m’a emmené ramasser les plantes, une activité qui pour moi n’a jamais semblée très programmée. Nous partions en balade et ramassions ce que nous trouvions en chemin. Tout était commenté et expliqué, mais cela avait pour moi la saveur des contes pour enfants. Aujourd’hui, je sais qu’elle avait une sorte d’horloge interne : le temps était venu pour aller cueillir les pulmonaires, le taconnet*² ou l’épine vinette. Elle suivait une lignée familiale où avant elle, sa grand mère était sage femme et la sœur de sa mère une des guérisseuse du village.

Encore aujourd’hui, ce lien me guide sur la voie de l’alchimie verte. Car lorsque l’on parle d’ «entrer en relation avec la plante», cela semble très simple. Mais une fois assis à ses cotés, nous nous sentons souvent bêtes, maladroits et ridicules. Par où commencer ? Lui parler à haute voix ? Essayer autre chose ? Mais quoi ? Sans mes expériences familiales, il m’aurait fallu bien plus de temps pour y arriver !

En quinze ans d’expérience, j’ai découvert que les plantes sont des êtres extraordinaires, qui m’ont soutenue et épaulée au delà de toutes attentes pour me permettre d’apprendre. Je sais que ce rapprochement en est encore à ses débuts mais forme le souhait que ce chemin s’élargisse, aussi pour les autres, à la rencontre d’une belle indépendance.

Car en vivant cette expérience, nous avons la possibilité de percevoir réellement ce qui nous lie à notre environnement. Ce regard est vital pour ne pas détruire totalement notre espace de vie commun. Parfois, il semble que nous oublions que nous ne pouvons survivre sans végétaux.

Les plantes sont aussi nos meilleures alliées pour la guérison. A condition d’être perçues dans leur vraie nature, elles peuvent faire de petits miracles. Chez nous, nous avons perdu une grande part de notre connaissance des plantes en perdant la vision de leurs propriétés énergétiques ou spirituelles. Dans nos traditions populaires, certains usages survivent encore…mais se perdent lentement, car la chimie et l’étude des principes actifs remplace petit à petit le contenus de nos mémoires.

Pourquoi faut-il cueillir la verveine par surprise ? Il y a d’anciens textes qui donnent des conseils saugrenus au regard de notre vision actuelle. Ils peuvent se comprendre, si nous acceptons que la médecine fût un art avant d’être une science. Et oui, il fût un temps où la guérison était un art, un moyen de créer un surcroit de vie pour retrouver le bien être. Entre la plante et le désordre, le rôle du thérapeute était de créer des ponts féconds.

En ce qui concerne les plantes, dans notre vision mécaniste, nous voulons des effets reproductibles et trafiquons les matières premières pour avoir des principes actifs toujours identiques. Il semble qu’à force de côtoyer les machines, nous nous attendons à ce que les plantes fonctionnent ! Il y a toute une part de la recherche pharmaceutique qui reproduit les effets des plantes médicinales, sans utiliser les plantes mais seulement leurs principes actifs. Ces préparations, même si elles sont pointues, sont le fruit d’une recherche de profit effrénée et éloignée du vivant.

C’est si dommage ! Il est possible de travailler en collaboration avec les « êtres plantes ». De par nos interactions et nos échanges avec l’esprit de la plante nous pouvons créer des préparations qui vont avoir une action légèrement différente de la normale, mais qui seront pleinement adaptée à la situation.

Il est vrai que la médecine conventionnelle en se concentrant sur notre corps physique, prend très bien soin des douleurs et maux qui se situent à ce niveau là. Il y a d’autres traditions où la souffrance (non physique) est perçue comme plus grave que la douleur et traitée de façon prioritaire avec toutes sortes de moyens souvent peu explicables ou compréhensible à nos yeux, mais combien efficace !

Et c’est là que se situe le niveau d’action de l’alchimie végétale. L’élixir réalisé est le fruit d’un travail commun entre deux êtres de règnes différents et le fruit de cette rencontre particulière. Il ne sera ni neutre, ni reproductible à large échelle, mais spécifique et chargé aussi bien émotionnellement que spirituellement d’énergies pour soutenir un chemin de santé, au delà de l’absence de symptômes. Il s’agit d’échanges, de rencontres, de croissance… d’amour en somme ! Ces élixirs ne sont pas concrètement à considérer comme des remèdes, mais plutôt comme des ouvertures, riches en nouvelles informations qui nous propulsent hors de notre vision de grenouille des puits. C’est pour cela que le seul effet secondaire qu’on puisse parfois trouver, est une petite échappée de l’âme…

Il est sage de prendre conscience de ces répercussions et de leurs effets sur l’ensemble de notre être, aussi bien extérieur qu’intérieur, tout en restant à l’écoute des événements. Les plantes sont des guides merveilleux pour nous rendre attentifs à la nécessité d’une réelle prise de responsabilité de ce que nous vivons et de ce que nous pensons. Agir dans le respect de la nature, de l’autre et de soi, est à la base de tout travail alchimique.

L’alchimie végétale est donc une voie de guérison simple, à la portée de tout le monde et utilisable de façon conjointe avec toutes sortes d’autres approches. Il est d’ailleurs souhaitable de trouver des ponts et de construire des passerelles de façons à utiliser au mieux toutes les expériences et les savoirs accumulés par les générations qui nous ont précédés. Nous avons tout avantage à intégrer les éléments des différentes traditions sans rejeter d’emblée ce que nous connaissons mal.

Au delà des principes actifs des plantes, nous avons tous déjà fait l’expérience du pouvoir régénérant de la nature. Nous savons que nous gagnons de l’énergie à son contact même sans pouvoir l’expliquer concrètement. En suivant la voie de l’alchimie végétale, nous sommes amenés à comprendre cet effet et à l’utiliser de façon plus consciente. Finalement, c’est notre capacité à laisser luire notre propre lumière qui ouvre notre conscience à l’harmonie et la santé. Un mode de faire qui touche tout notre être pour nous emmener sur les chemins de la joie de vivre.                                                                                         

  • *¹ avec l’autorisation de Viviane.
  • *² ou tussilage

Pour aller plus loin:

  • 6-7-8 Mai 2011: Introduction à l’alchimie: « L’entrée en relation avec les êtres-plantes », 1er niveau avec Julie Breukel Michel. Info

Il vous est aussi possible de nous commander le livre de Viviane Le Moullec: « Nos amies les plantes ». 

Soirée de présentation et découverte

 

Soirée de découverte du chamanisme

vendredi 11 mars 2011 à 20 :30

à la Bibliothèque Cantonale de Locarno (via Cappuccini 12)

suivie d’un stage les 12-13 mars qui aura lieu au centre Lungta (il reste des places disponibles)

Réservations : Centro Lungta, 079 636 69 48.

voir aussi l’article ci-dessous.

Chamanisme de nos ancêtres européens

Nous aurons tout prochainement la visite de Gilles Wurtz au centre Lungta. Gilles crée ses ateliers avancés selon les enseignements qu’il a reçus et qui sont ceux de nos ancêtres européens et celtiques, où il propose à chacun des outils pour devenir responsable de soi-même.

Sa pratique s’enrichit grâce à des expériences personnelles et des voyages à la rencontre de divreses traditions tout autour du monde. 

Gilles nous offre une très belle opportunité de développer en nous les outils d’une réelle connaissance. Ce développement de l’intuition devrait figurer dans tous les programmes scolaires qui actuellement, se soucient  trop du développement de l’intellect au détriment de la connaissance.  Cela est important, aujourd’hui comme toujours, de pouvoir ressentir le lien profond qui nous relie avec avec les plantes, les animaux, les montagnes… avec le monde qui nous entoure. C’est ce dont nous avons besoin pour pouvoir nous engager avec le coeur, et c’est aussi la source de notre vraie liberté.

Stage de chamanisme avec Gilles Wurtz au Tessin, les 12-13 Mars 2011 : info

Nous reproduisons ci-dessous deux extraits d’articles de Gilles, en vous invitant à suivre les liens pour les lire dans leur integralité.

 

RENCONTRE AVEC LES TSAATAN

par Gilles Wurtz

récit publié dans Sources, n°8, juillet/août/septembre 2008, Terre du Ciel

Notre voyage en Mongolie était prévu en août 2005. Je l’ai préparé pendant l’année 2004 à travers des voyages chamaniques, pour obtenir des informations pratiques et les autorisations de la part des gens à rencontrer sur place.

Le voyage chamanique est un état de conscience modifié identique à l’état méditatif. Dans certaines cultures, cette manière d’accéder aux mondes subtils est nommée « le temps du rêve », car elles considèrent cet état de conscience non ordinaire comme un état de rêve éveillé. Le voyage chamanique, tel que je le pratique, se fait à l’aide du battement monotone et régulier du tambour. Le tambour est le métronome qui permet à notre système cérébral de ralentir et d’équilibrer son activité, induisant l’état non ordinaire de conscience qui nous ouvre l’accès à des dimensions autres que nos dimensions physiques, émotionnelles et mentales, notamment le plan spirituel.

Nous voulions aller à la rencontre de chamans en Mongolie et les messages lors de mes voyages chamaniques me menaient tous aux Tsaatan. Ils ne sont pas des Mongols, ils sont un peuple à part, sur le territoire mongol. Leur ethnie vit dans la taïga montagneuse à l’extrême Nord du pays, à la frontière sud de la Sibérie, au-delà de la région du lac Khovsgöl, dans un enchaînement de vallées ponctuées d’innombrables lacs, minuscules mares ou vastes étendues d’eau, alimentant des milliers de rivières. lire tout l’article

LE TAMBOUR CHAMANIQUE

par Gilles Wurtz

Par son battement régulier, le tambour nous amène naturellement dans un état méditatif, il est le passeur qui guide vers le monde non ordinaire. Il est le métronome qui rythme le voyage chamanique.

Il est ce qu’on appelle un objet de pouvoir, car au fil du temps et de la pratique, son esprit devient de plus en plus puissant et efficace. Fidèle à la tradition chamanique de nos ancêtres européens, notre pratique chamanique se fait également à travers le son du tambour.

Son battement monocorde équilibre l’activité des deux hémisphères de notre cerveau. Dans la vie de tous les jours, nous utilisons principalement notre hémisphère gauche, siège de notre réflexion, de nos pensées, de notre esprit cartésien. Notre hémisphère gauche commande à notre côté masculin. Le rythme répétitif du tambour nous permet de stimuler et d’éveiller davantage notre hémisphère droit, dont nous pouvons alors connaître et utiliser plus pleinement les sensibilités : l’intuition, la créativité, notre côté féminin. lire tout l’article

Sagesses multicolores

Tout autour de nous se trouvent des perles de sagesses : les événements qui nous arrivent pour nous aider à croître, les petits et grands enseignements de la vie de tous les jours et ceux qui sont extraordinaires…tout autour de nous… et en nous… se déroulent des processus qui nous stimulent dans notre recherche pour plus de conscience, d’harmonie, de liberté ou toutes autres qualités indispensable à notre joie profonde.

Tout autour du globe, mille traditions se complètent et offrent chacune dans sa spécificité des clefs pour nous épauler dans notre quête. Par notre programme, au centre Lungta nous avons cherché à diversifier les directions pour nous permettre d’affiner les outils de notre indépendance, mais aussi et surtout, pour rendre palpable l’essence de chacune d’elle.

En ce début d’année 2011, notre idée est d’offrir un vaste choix de rencontres et/ou enseignements profondément liés aux valeurs traditionnelles, avec la vision de chemins qui se croisent pour concrétiser le tissage de merveilleux tapis, multicolores et chaleureux, au centre de nos vie.

C’est la participation de chacun, chacune, de vous qui amplifie les enseignements jusqu’à en faire de vraies perles. Cette composante inattendue du «champ d’énergie » né de ces échanges, nous touche beaucoup ; et c’est avec une profonde gratitude que nous vous en remercions.

Plus que jamais (voir l’article de l’an passé !), nous ressentons le besoin de donner la parole aux traditions ancestrales pour renforcer nos racines et notre cœur. Nous avons besoin au centre de notre être d’être nourris de cette sagesse, mais c’est notre écoute qui maintient ces connaissances et ce dialogue vivant. Cette attention à la lumière des murmures ancestraux qui peut ouvrir en nous un réel espace de liberté pour nous permettre d’exprimer notre potentiel en toute créativité et selon notre fantaisie.

voir le programme


L’info en un clic !

ACTUEL!!!

SUR LES CHEMINS DU VENT, plus de 1000km à pied à la rencontre des tisserands de la transition

PROCHAINS EVENEMENTS

Vacances Lu Jong

3-5 novembre Purification pour le corps et l'esprit selon la médecine tibétaine à Mergoscia (CH)

Dès le 22 juillet: Formation intensive pour futurs enseignants de Lu Jong au Tessin (CH) et en Ariège (FR)

AUTRES BLOGS DU LUNGTA

propositions autour du moment de la naissance, pour un monde d'abondance

Les Jardins du Lungta : L'abondance est dans les prés

Le projet des éléments

A propos

Lungta: “Le Cheval de Vent” est un ancien symbole tibétain. Flottant au vent les «Lungtas» émettent continuellement des énergies curatives. Le «vent» est omniprésent et donne vie et conscience à la matière.
En savoir plus...

Images de Mergoscia (clic sur l’image!)

des images de Mergoscia

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 48 autres abonnés