Archive for the 'Consommation responsable' Category



Pour un Noël joyeux, responsable et solidaire

Trop souvent, Noël reste la fête de la surconsommation et les cadeaux se transforment en cauchemars encombrants. Voici quelques idées pour que Noël rime avec amour.

Dès les premiers cadeaux, on retrouve le même décalage : Les Rois mages ont  offert des trésors à un enfant qui avait froid. Très souvent, nous offrons des richesses extérieures, qui ne correspondent pas aux besoins réels.

Le mieux :

  • Les cadeaux maisons produits avec beaucoup d’amour
  • Les événements à partager (bricolage, cuisine, théâtre, excursions…) surtout si ils incluent la transmission d’un savoir
  • Une participation à une action commune (achat d’un objet plus  important, leçons de musique, poterie…)

Le pire :

  • Les jouets fabriqués en chine par les prisonniers des camps de travail.

Voilà encore une fois l’action de Noël de l’association des Amis du Lungta débutée en 2006, lire la suite:   ici

Nous avons des cartes postales à votre disposition!!! 

(Nous les distribuons lors des marchés et évènements du centre Lungta et pour ceux qui ne sont pas dans la région nous les envoyons volontier contre enveloppe affranchie ou donation à l’association des « Amis du Lungta ». )

Publicités

Nouvel espace pour la Terre

Le 20 juin, nous avons inauguré un espace pour la Terre au coeur du Centre Lungta

Un espace né de la volonté d’exprimer concrètement gratitude et respect à la Terre, tout en célébrant l’incroyable abondance de la nature. Ce lieu, à l’image de ce qu’il représente, s’est créé tout naturellement. Deux grandes pierres forment les murs,  le houx et le lierre se rejoignent en une belle voûte végétale et nous y avons juste ajouté un mur très simple, construit en famille, avec les pierres qui restaient des travaux de rénovations.

Nous avons fêté la création de cet emplacement consacré à la Terre autour d’un buffet champêtre et fleuri. Un grand merci à chacun pour l’émerveillement du moment et en particulier à Maja pour les danses de la Terre.

 

En parlant de l’abondance de la Terre et de la gratitude, il nous fallait évidement partager la belle nouvelle des « incroyables comestibles » de Todmorden. C’est une merveilleuse initiative, contagieuse et porteuse de santé. Pour ceux qui ne connaissent pas encore: voir le film

« C’est au Royaume-Uni, en 2008, que la fabuleuse aventure « Incredible Edible » a commencé, dans l’ancienne cité industrielle en déclin, la ville de Todmorden, près de Manchester. Par le seul changement de regard, quittant la croyance erronée que tout est séparé et conflictuel dans la vie, conduisant à la précarité, au chaos social et à l’exclusion, les habitants se sont reconnectés les uns les autres avec la Terre nourricière. Ils ont fait la paix avec eux-mêmes et avec les autres. La sérénité retrouvée, ils ont pu faire l’expérience de l’abondance partagée avec les incroyables comestibles. Ils vous attendent dans leur nouvelle ville devenue rayonnante de joie de vivre. »  + d’info en anglais  + d’info en français

Le résultat 4 ans après?

Une ville de presque 15 000 habitants qui atteint joyeusement environ 80% de son autonomie alimentaire en 4 ans!

Il nous tient à coeur de souligner un des effets secondaires de cette démarche: il s’agit de la diminution de la violence dans la ville, ce qui semble logique, mais quel bonheur.

C’est incroyable ce que l’on peut être heureux lorsque l’on agit hors de la logique du profit pour se mettre au diapason de la fabuleuse générosité de la nature. Et cela nous semble porteur de tant d’espérance…

 

PS: Pour répondre aux nombreuses questions qui nous arrivent sur l’idée de la gratuité, voilà plus d’informations:

En découvrant les incroyables comestibles pour la première fois, plusieurs personnes ont posé la même question : mais si les fruits et légumes sont gratuits partout dans la ville de Todmorden, comment l’économie locale peut-elle s’en sortir ? Ou encore, que deviennent les maraîchers locaux ou les marchands de légumes ? Nous allons tenter de regarder de près cet aspect des choses essentiel, puisqu’il concerne l’argent et les revenus, ainsi que la richesse produite par ce nouveau mode de vie totalement transparent, éthique, solidaire et co-responsable. suite

L’art de se dépoussiérer en chemin

Le voyage est un rêve qui a l’audace de se confronter à la réalité et accomplit, en général, la prouesse de nous sortir du cet état tout en nous émerveillant de plus belle.

Il est dit que les voyages forment la jeunesse. J’ai longtemps cru qu’il s’agissait de la formation des jeunes, avant de comprendre qu’en nous extirpant de nos idées sclérosées, la route nous permettait d’accéder à cet élan spontané, créateur de jeunesse en nous.

De tous temps les voyages ont dépassé le simple déplacement et différentes traditions perpétuent ce nomadisme temporaire. Que cela soit d’ordre religieux avec les pèlerinages, professionnel pour les compagnons ou même artistique, tous les voyages sont formateurs mais souvent de façon inattendue,  insolite et parfois dérangeante.

« Le voyage est un retour vers l’essentiel. »  proverbe tibétain

Certains voyages sont linéaires, d’autres plus circulaires, oscillants entre joies imprévues et agacements inouïs. Comme si d’un seul coup notre palette émotionnelle découvrait l’océan au sortir du puits, poussée joyeusement aux extrêmes autant vers le haut que le bas, sans aucuns soucis de chronologie ou de respect de notre capacité à passer du coq à l’âne. La seule constante demeure alors, ce questionnement permanent qui s’éveille en nous au contact d’autres paradigmes et nous porte plus loin que toutes nos certitudes.

Nous y devenons malléables, comme si la perte de nos repères quotidiens enlevait les œillères de notre être pour nous laisser accéder à la vie d’une façon plus délibérée.

Ce jeu de coïncidences accentuées, qui surgit si facilement dans ces instants d’échappées, reste l’élément clef de notre fascination pour les pérégrinations. Des synchronicités surgissent par poignées, comme si notre vie de tous les jours les avait toutes retenues pour quelques lustres avant de les déverser en bloc sur le premier instant moins planifié de notre existence.

Par effet de miroirs, nous voila hors de notre carcan, poussés à n’être que nous même.

Et c’est jubilatoire…

 

Lettre d’informations de François Couplan

Réflexions du moment…

(Nous reproduisons ici, avec l’accord de François Couplan -un des parrain de notre centre- une partie de cette lettre d’informations qui nous semble donner des informations importantes en ce moment, tout en vous invitant à lire la suite sur son site web.)

Je vous écris un peu plus tôt que je ne l’avais prévu, car, voici quelques jours, j’ai soudain vu ma boîte e-mail envahie de dizaines de messages alarmistes concernant l’interdiction prochaine des plantes médicinales dans l’Union Européenne. Il s’avère en fait que la vidéo larmoyante qui figurait en lien faisait référence à la même situation qu’une lettre qui avait largement circulé sur le net en octobre dernier. Je m’étais, à l’époque, renseigné sur cette problématique et avais informé de mes conclusions toutes les personnes qui m’avaient alors écrit. Et nous en avions longuement discuté pendant les cours du Collège Pratique d’Ethnobotanique. J’ai donc réagi rapidement en répondant succinctement aux personnes qui m’ont récemment écrit, inquiètes et outrées, afin de calmer les esprits. Mais je pense qu’il est souhaitable que je précise ma position, car les choses ne sont pas simples.

Je ne m’étendrai pas sur les aspects techniques de la situation en question. Vous trouverez ci-dessous quelques liens que je vous propose de suivre pour vous en faire une meilleure idée. En substance, il s’agit d’une Directive datant du 31 mars 2004 qui va devenir effective le 1er avril 2011. Celle-ci stipule que les plantes médicinales doivent faire l’objet d’une Autorisation de Mise sur le Marché pour être commercialisée dans l’Union Européenne, mais que celles qui ont traditionnellement été utilisées dans l’UE depuis au moins 15 ans bénéficieront d’une procédure simplifiée, beaucoup moins coûteuse. Il est certain que cette loi pénalise les médecines non occidentales qui devront être reconnues depuis plus de 30 ans pour bénéficier de ces mesures allégées, ce qui est regrettable. Par ailleurs, certaines plantes pourront être considéréescomme des compléments alimentaires, mais la procédure les validant est très contraignante et a très souvent abouti un refus. Il s’agit donc, en fait, d’une lutte sans merci entre l’industrie pharmaceutique et celle des compléments alimentaires (l’association ANH mentionnée dans la vidéo). De ce combat de titans provient la fameuse lettre alarmiste, vidéo et pétition à la clé, lancée par les fabricants de compléments alimentaires qui voudraient ainsi faire pression sur les autorités en faisant vibrer la corde sensible des personnes concernées : nous tous !

Je trouve le procédé difficilement acceptable ; rouler les gens dans la farine en détournant l’information à son profit et se constituer à peu de frais un fichier d’adresses utilisable à des fins commerciales ne me convient pas : c’est l’une des premières raisons de ma réaction.

Mais ce n’est pas l’essentiel…

lire la suite: ici

Les Shyrdaks – tapis en feutre Kirghize

La part kirghize de l’exposition sur la laine continue dans la yourte, vous êtes bienvenus sur rendez vous et au cours des prochaines manifestations au centre Lungta.

Après le succès des chapeaux kirghizes de l’an passé, nous aurions aimé faire venir encore quelques uns de ces joyeux spécimens. Par malheur (pour nous), la coopérative qui les produisait a trouvé des débouchés sur le marché allemand et, curieusement, l’adaptation qui a suivi a été d’enlever motifs et symboles. En gros, il fallait comprendre que le marché européen préférait des articles moins chargés de sens.

Attristés de ce développement nous nous sommes tournés vers une autre coopérative, au nom enchanteur des « doigts d’or », qui nous a fourni par le passé en petits objets et sur laquelle existe un documentaire produit dans les montagnes tessinoise. La coopérative produisant aussi de grands tapis, nous nous sommes décidés à les voir de plus près. Et c’est ainsi qu’après de nombreuses tribulations, les shyrdaks sont finalement arrivés un jour avant le début de l’exposition ! Mais quelle merveille…

C’est un vrai enseignement auquel ces incroyables tapis de feutres nous convient. Les motifs aux profondes significations symboliques, comme les cristaux de glaces de Masaru Emoto, chargent l’entourage de la force qui les anime. Ces shyrdaks nous rappellent que de nombreuses traditions relient la beauté et l’harmonie à la guérison et que cela se passe de modes. Il est vraiment bon de se retrouver en présence d’objets artisanaux qui répandent alentour le parfum d’un monde qui a le temps de créer des œuvres porteuses de sens. C’est aussi une occasion pour se souvenir de la valeur de ce qui est fait à la main et qu’en tant que consommateur, c’est nous qui avons le choix d’investir notre énergie selon notre cœur.

Nous avons tout à apprendre de ce travail de patience collectif, de toutes ces petites choses misent ensemble qui relie des symboles à la chaleur de la laine, et de ce jaillissement de fantaisie qui se concrétise en tapis volants à la  puissante énergie…

 

Plus d’informations sur les châles du Kinnaur, autres joyaux de l’exposition.

 

Mode éthique

1-2-3 octobre 2010 – ethical fashion days – Genève

Maison communale de Plainpalais, rue de Carouge 52, Genève  [plan]

Vendredi 1er octobre : 14h – 18h
Samedi 2 octobre : 10h – 18h
Dimanche 3 octobre : 10h – 19h

Entrée : CHF 5.-

Nous nous joignons à l’équipe de NiceFuture et à leur désir de « prouver que la mode éthique peut être à la fois porteuse de bénéfices environnementaux et sociaux, et tendance ».

Un événement qui devrait ouvrir quelques pistes et questionnements sur notre façon d’être à la mode et d’ « Être »… sur notre responsabilité de consommateur et notre liberté d’exprimer ce que nous sommes profondément, en dehors du formatage auquel nous nous soumettons habituellement, grâce au fonctionnement d’un secteur qui trop souvent manipule notre besoin de reconnaissance au lieu de nourrir nos aspirations profondes.

C’est un cadeau de pouvoir porter un vêtement qui nous permet d’être en joie… un cadeau de pouvoir être en contact avec des matières naturelles et des pigments qui nous parlent des vraies couleurs de la vie.

Nous y serons présent avec des produits du Lungta del Mondo. Parmi ces articles, les châles du Kinnaur sont un de nos coups de cœur.

Issus d’une longue tradition de tissage minutieux, qui disparaît de nos jours, car leurs motifs requièrent une patience infinie, et se trouvent de plus en plus remplacés par des dessins facilement exécutés avec les métiers à tisser industriels. Des changements qui sont aussi le fruit de notre discernement de consommateur. Nous avons le choix de privilégier la qualité, les dessins harmonieux et les produits fait main. Nous pouvons nous souvenir des vieilles traditions qui racontent que tout vêtement ou ornement porteur de beauté est aussi porteur d’harmonie et donc de santé.

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons regardé les tisserandes à l’œuvre : en particulier deux jeunes femmes qui travaillaient à quatre mains: une harmonie parfaite qui créait sous nos yeux les dessins les plus délicats en une longue suite de nœuds colorés.  

Nous aimerions soutenir la joie chantante de ce travail, convaincus que la fierté de gagner sa vie en créant de la beauté, produit des châles porteur d’une toute autre énergie que ceux basés sur la seule logique du profit.

Le Kinnaur est une des petite vallée bouddhiste proche du Ladakh au nord de l’Inde. De par sa foi, c’est tout naturellement que le chef de cette petite entreprise a créé de bonnes conditions de travail et un fond de solidarité pour les famille employées.  

Bien qu’en laine naturelle et pour la plus grande partie non teinte, ce ne sont pas des produits biologiques, mais un projet social qui permet à ces  familles de perpétuer un mode de vie traditionnel tout en nous transmettant la valeur d’un travail effectué en prenant le temps de travailler et de rire.

Nous serons aussi présent à Genève avec des produits du Lungta Vert, et tout particulièrement nos élixirs billes ou roll on, nés de la joyeuse rencontre d’élixirs de plantes alchimiques avec des huiles essentielles.

Les préparations du Lungta Vert sont produites dans le respect de notre environnement, en utilisant au maximum, des matières premières issues de l’agriculture biologique ou des plantes sauvages. Les produits sont réalisés en micro quantités de façon artisanale. Nous sommes convaincus que des préparations produites avec soin et amour contiennent de grandes forces lumineuses pour stimuler le bien-être et la guérison.

Consommez pour être heureux?

 » Spiritualité et Société « 

Pour en finir avec le consumérisme

22, 23 et 24 mai (Pentecôte)
Centre des Congrès d’Aix-les-Bains (du samedi 14h30 au lundi 13h30)
Ce Forum est réalisé par l’association Terre du Ciel, cultures et sagesses du monde. Le programme complet est disponible sur le site www.association-terre-du-ciel.org

C’est avec beaucoup de joie que nous serons présents à cette rencontre avec un stand d’informations. En effet, depuis quelques années cette demande est au centre de beaucoup de nos questionnements et nous voyons autour de nous que l’abondance se résume de plus en plus à sa part matérielle pour occulter largement toute richesse intérieure.

Je ne peux résister à ce sujet de partager les belles paroles d’Eleni (13 ans) l’an dernier. En regardant quelques personnes qui s’approchent de nous, elle demande : « Maman, mais ces gens sont vraiment pauvres ? » Surprise par sa question, j’essaie de comprendre ce qui la motive et lui demande comment elle fait la différence et si elle nous voit pauvres nous aussi. Et je reçois cette réponse formidable : « Mais non maman, nous on rigole ! ». La vraie pauvreté ne se mesure pas au portemonnaie et consommer plus ne rends personne profondément heureux.

Au cours de la concrétisation de notre projet de centre, nous avons été poussés à expérimenter toutes sortes d’échanges, et l’aventure relationnelle qui a nourrit toute cette phase porte une richesse  à notre projet d’une toute autre ampleur que l’argent que nous y avons investit. Il est vrai que nous dansons parfois sur la corde raide, mais c’est aussi dans ces moments difficiles que nous percevons au mieux combien nous sommes soutenus et aimés. Un  peu comme si le dénuement matériel a été pour nous une clef pour percevoir mieux ce qu’est vraiment l’essence de la richesse.

Il est de plus en plus question  de parler non seulement du PNB (produit national brut) d’un pays mais aussi du BNB (bonheur national brut) et à ce sujet, en Occident malgré tout notre développement, nous n’avons pas avancé du tout au cours des cinquante dernières années… Quelles sont les solutions de ce beau défi?

Marché aux puces

Le 13 mars 2010 de 13h00 à 18h30 au centre Lungta de Mergoscia.

Nous avons rassemblé ici, le contenu partiel de diverses maisons. La sienne, la mienne, celles de nos pères et tout cela dans la maison déjà pleine où nous sommes arrivés! … Nous avons rangé, trié, offert, tant de choses déjà, mais il reste encore toujours trop pour une seule maison.

Nous ferons donc un marché aux puces avec le but de soutenir notre projet de centre tout en cherchant à rendre heureuses les personnes qui trouverons chez nous tant de belles choses à bon marché.

Ce sera surtout aussi une belle occasion pour se retrouver et partager des boissons et de bons gâteaux… Vous êtes tous bienvenus avec vos parents, amis et connaissances.


L’info en un clic !

ACTUEL!!!

SUR LES CHEMINS DU VENT, plus de 1000km à pied à la rencontre des tisserands de la transition

PROCHAINS EVENEMENTS

Vacances Lu Jong

3-5 novembre Purification pour le corps et l'esprit selon la médecine tibétaine à Mergoscia (CH)

Dès le 22 juillet: Formation intensive pour futurs enseignants de Lu Jong au Tessin (CH) et en Ariège (FR)

AUTRES BLOGS DU LUNGTA

propositions autour du moment de la naissance, pour un monde d'abondance

Les Jardins du Lungta : L'abondance est dans les prés

Le projet des éléments

A propos

Lungta: “Le Cheval de Vent” est un ancien symbole tibétain. Flottant au vent les «Lungtas» émettent continuellement des énergies curatives. Le «vent» est omniprésent et donne vie et conscience à la matière.
En savoir plus...

Images de Mergoscia (clic sur l’image!)

des images de Mergoscia

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 47 autres abonnés