L’art de se dépoussiérer en chemin

Le voyage est un rêve qui a l’audace de se confronter à la réalité et accomplit, en général, la prouesse de nous sortir du cet état tout en nous émerveillant de plus belle.

Il est dit que les voyages forment la jeunesse. J’ai longtemps cru qu’il s’agissait de la formation des jeunes, avant de comprendre qu’en nous extirpant de nos idées sclérosées, la route nous permettait d’accéder à cet élan spontané, créateur de jeunesse en nous.

De tous temps les voyages ont dépassé le simple déplacement et différentes traditions perpétuent ce nomadisme temporaire. Que cela soit d’ordre religieux avec les pèlerinages, professionnel pour les compagnons ou même artistique, tous les voyages sont formateurs mais souvent de façon inattendue,  insolite et parfois dérangeante.

« Le voyage est un retour vers l’essentiel. »  proverbe tibétain

Certains voyages sont linéaires, d’autres plus circulaires, oscillants entre joies imprévues et agacements inouïs. Comme si d’un seul coup notre palette émotionnelle découvrait l’océan au sortir du puits, poussée joyeusement aux extrêmes autant vers le haut que le bas, sans aucuns soucis de chronologie ou de respect de notre capacité à passer du coq à l’âne. La seule constante demeure alors, ce questionnement permanent qui s’éveille en nous au contact d’autres paradigmes et nous porte plus loin que toutes nos certitudes.

Nous y devenons malléables, comme si la perte de nos repères quotidiens enlevait les œillères de notre être pour nous laisser accéder à la vie d’une façon plus délibérée.

Ce jeu de coïncidences accentuées, qui surgit si facilement dans ces instants d’échappées, reste l’élément clef de notre fascination pour les pérégrinations. Des synchronicités surgissent par poignées, comme si notre vie de tous les jours les avait toutes retenues pour quelques lustres avant de les déverser en bloc sur le premier instant moins planifié de notre existence.

Par effet de miroirs, nous voila hors de notre carcan, poussés à n’être que nous même.

Et c’est jubilatoire…

 

Publicités

0 Responses to “L’art de se dépoussiérer en chemin”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




L’info en un clic !

ACTUEL!!!

SUR LES CHEMINS DU VENT, plus de 1000km à pied à la rencontre des tisserands de la transition

PROCHAINS EVENEMENTS

Vacances Lu Jong

3-5 novembre Purification pour le corps et l'esprit selon la médecine tibétaine à Mergoscia (CH)

Dès le 22 juillet: Formation intensive pour futurs enseignants de Lu Jong au Tessin (CH) et en Ariège (FR)

AUTRES BLOGS DU LUNGTA

propositions autour du moment de la naissance, pour un monde d'abondance

Les Jardins du Lungta : L'abondance est dans les prés

Le projet des éléments

A propos

Lungta: “Le Cheval de Vent” est un ancien symbole tibétain. Flottant au vent les «Lungtas» émettent continuellement des énergies curatives. Le «vent» est omniprésent et donne vie et conscience à la matière.
En savoir plus...

Images de Mergoscia (clic sur l’image!)

des images de Mergoscia

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 48 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :